L'Orchidée sauvage (Wild Orchid) - 1990

Publié le par Divine_Naive

Ennui : L'ennui est un sentiment de démotivation et de désintéressement. « Ennuyer » est issu du bas latin inodiare, qui signifie « être odieux ». ( wikipédia )


Otis est Emily, une jeune femme arrivée depuis peu à New-York pour un entretien d'embauche dans un cabinet d'avocats international. Elle est immédiatement engagée et envoyée à Rio de Janeiro, accompagnée d'une cadre dirigeante, Claudia (Bisset) pour aider à l'avancement des travaux d'un luxueux hôtel de plage.

Mais Claudia doit partir en Argentine pour affaires. Emily se retrouve seule à diriger les travaux. Elle est présentée à un énigmatique ami de Claudia, Wheeler, un millionnaire marginal. Emily est intriguée par Wheeler et succombe à ses charmes. Mais Wheeler est plus intéressé à la soumettre à une série de tests psychologiques et sexuels dans le but de la désinhiber et de l'autoriser à vivre une vie sexuelle plus libre.

Mais lui-même ne s'autorise pas à exprimer ses sentiments réels. À la longue, elle arrive à briser la carapace que Wheller s'était créée au fil des années.

 

 

Dans mes recherches quasi-documentaires sur la filmographie de Mickey Rourke post  2000 - qui jusqu'à présent se résumait à 9 semaine 1/2 -  j'eus la joie de voir du très bon ( Barfly, Angel Heart, l'Année du dragon  ).  J'aurais peut-être mieux fait d'en rester là ... Hélas... Poussant mon envie de vouloir encore mieux connaitre l'acteur de The Wrestler - au demeurant très très bon - j'eus le malheur d'évoquer ce mystérieux film dont même le titre ne me laissait rien augurer de bon. Pire encore, je l'ai évoqué avec une de mes connaissances légèrement plus agée que moi - pas grand chose, juste une petite dizaines d'années quoi - qui semblait vaguement garder un bon souvenir de cette pourriture ce film.
Donc je m'attèle à la tâche et déjà dès le générique ça fleure bon le bon film érotico-dominical de la sixième chaîne.
Là où 9 semaines apportait de la pêche et de la bonne humeur, ce navet film est d'une lenteur abominable et la sous Kim Basinger - Carré Otis n'a même pas assez d'envergure physique nécessaire pour m'interpeller - sans parler de ses talents de comédienne. Elle est à l'image des 104 minutes d'ennui que j'ai passé... Vulgaire, creuse et lisse d'inconsistance. Quant à Mickey Rourke, on arrive déjà à appercevoir le début de la déchéance des années 90 et on se surprend à hurler devant son écran : " Maiiiiiiis merd-euh ! Qu'est-ce tu branles dans ce film ? "
Quant au scénario... C'est exactement ça : une sous nouvelle érotique digne d'un bon Arlequin mélangé avec un soupçon - je dis bien un soupçon - de Sade. Et encore. Les scènes qui doivent émoustiller le spectateur tombent à plat . Enfin ...  Si, je dois quand même l'avouer le bel Appolon de la plage qui débarque d'on ne sait pas où m'a légèrement divertie . Du moins autant qu'une pub pour Armani.




Publié dans Films de merde !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
D
roh sinon sympa le slide qui défile ;-)
Répondre
D
<br /> Thx<br /> <br /> <br />
D
hé hé hé... forcément chez Rourke y'a du bon mais y'a aussi du moins bon mais dans ta recherche filmo du Mickey, tu recherches que les premiers rôles ou pas seulement?Dans les seconds rôles (donc on le voit pas des masses... logique), y'a le film qui a coulé la United Artist La porte du Paradis de Cimino, Rusty James de Coppola et dans les 90's dans le rôle du bookmaker (bon là il a vraiment un tout petit petit petit rôle!) dans (l'excellent enfin moi j'adore ce film ) Buffalo '66 de Vincent Gallo.Après dans la série nanar/navet plus ou moins décomplexé, y'a Harley Davidson et l'homme aux santiags (note qu'avec un titre pareil, on sait déjà à quoi s'attendre :P) et le fameux Double Team avec JCVD (attention les yeux pour le coup... on touche à du nanar ce compét là lol)Par contre je sais qu'il a une réputation terrible, mais jamais vu la supposé suite de 9 semaines et demie, à savoir Love in Paris. Mais là aussi c'est du lourd à ce qui parait
Répondre
D
<br /> Merci de me rappeler Buffalo'66, je ne savais pas qu'il était dedans. Je me souvenais que de Ricci ...<br /> <br /> <br />